Avant le départ : Présentation générale du voyage

L'équipe

 

 Les coéquipiers

  

Nous sommes quatre jeunes, de 23 et 25 ans, étudiants ou diplômés de l'Université de Savoie. Trois d'entre nous, Marlène, Tiago et Samy sont jeunes diplômés d'une même  formation universitaire (le master « Environnement, Protection et Gestion des milieux de Montagne ») tandis que Raphaël est étudiant en Géographie pour quelques années encore.

Guidés par notre passion commune de la nature, et enrichis par nos études et nos initiatives personnelles, nous sommes aujourd'hui fortement sensibilisés aux réalités territoriales et socio-culturelles des espaces naturels alpins.

 

Nous avons donc aujourd'hui quasiment tous terminé nos études, ce qui voudrait normalement dire entrer dans la vie active. Cependant, nous jugeons trop restrictive notre connaissance du monde centrée sur la France et l'arc alpin. Ainsi, nous voulons confronter nos connaissances et certitudes acquises à d'autres territoires et d'autres cultures.

 

Nous avons beaucoup à apprendre du reste du monde, et notamment de la manière avec laquelle d'autres peuples appréhendent la préservation de leurs cadres de vie.

 

La connaissance n'est pas figée ; la connaissance est un voyage.

 

L'envie de partir…

 

Un voyage. Mais pas n'importe quel voyage. Ce rêve est en chacun de nous depuis longtemps déjà. Rêve que les années d'études encore à venir éloignent et cantonnent au projet lointain que l'on garde dans un coin de sa tête.

 

Puis lorsque l'on en parle tous ensemble, il y a 1an, nous nous apercevons que nos projets à chacun se ressemblent, nos rêves incarnent les mêmes envies de découverte et les mêmes valeurs. C'est ainsi que germe un projet concret, qui de fil en aiguille s'étoffe et prend une grande place dans nos têtes. Le rêve peut et va devenir réalité. 

 

Objectifs et valeurs du voyage

 

 

La Mongolie est une destination à la mode. Les médias nous donnent une certaine image de ce pays – nomadisme, grands espaces – qui attire et contraste avec nos vies sédentaires et frénétiques. Les industriels du voyage permettent aux touristes d'aller vérifier la véracité des clichés qu'on leur vend.

 

Mais vérifier n'est pas comprendre, et encore moins ressentir.

 

Notre projet n'est pas de nous téléporter par avion en Mongolie, de vérifier et de repartir. Pour aller à la rencontre d'un territoire et d'un peuple, il faut prendre son temps, s'imprégner progressivement de l'endroit où l'on se trouve, pour – éventuellement – réussir à s'immerger dans d'autres vies, à défaut de pouvoir prétendre un jour les avoir vécues.

 

Notre voyage est ainsi basé sur une immersion lente, avec des déplacements à pied ou en mobilité douce uniquement. Nous refusons l'avion, au-delà de simples et évidentes motivations écologiques, mais surtout pour son caractère agressif : il téléporte les touristes vers des clichés faciles et efface les distances et les territoires de transition, pourtant seuls à même de permettre une intégration et une imprégnation efficace au sein d'un territoire et d'un peuple.

 

Ainsi, notre voyage ne débutera pas ailleurs mais chez nous. Nous partirons de l'arc alpin, pour, progressivement, nous rapprocher des steppes de l'Asie centrale. Notre objectif sera de nous immerger au sein de nombreux territoires naturels – souvent des parcs – afin de capter l'atmosphère qui y règne, et de recueillir le ressenti de leurs habitants.

 

Par ailleurs, la découverte des différents modes de protection des parcs naturels d'Europe de l'Est et d'Asie centrale nous permettra une comparaison avec les pratiques existantes en France ; les bonnes idées qui émergent un peu partout dans le monde se doivent d'être connues, mais surtout partagées.

 

 

L'itinéraire

 

Un départ de France, de Chambéry, direction l'Europe de l'Est, ses grands espaces et ses parcs naturels. Une arrivée environ 2 mois plus tard à Moscou. Puis une deuxième phase dans le voyage en transsibérien par Irkoutsk et le lac Baïkal, avant d'arriver en Mongolie par Oulan-Bator. Retour prévu par le même itinéraire en sens inverse.

 

Pays traversés

Période prévisionnelle

Parcs naturels que nous prévoyons de traverser

France

1er  avril 2010 : Chambéry

 

Italie

 

Parc Naturel Capanne di Marcarolo

 

 

Parc National Cinque Terre

 

 

Parc Naturel Alpi Apuane

Slovénie

 

Parc National Triglav

Hongrie

 

Parc National Orseg

 

 

Parc National Bukk

Slovaquie

 

Parc National Slovensky Raj

 

 

Parc National Tatras

Pologne

 20 mai : Cracovie

Parc National Tatras, Zakopane,

 

 

Parc National Bialowieski

Lituanie

 

Parc National Aukstaitijos

Lettonie

 

…..

Russie

10 juin : Moscou.

Parcs du lac Baikal

Mongolie

20 juin : Oulan-bator

Parc National Khovsgol Nuur

 

 

PN Khorgo-Terkhiin Tsagaan Nuur

 

Le déroulement du voyage

Les modes de déplacements : les transports doux

 

Ce projet se veut aussi une preuve supplémentaire que l'avion n'est pas une fatalité pour découvrir des terres lointaines. Ainsi nous utiliserons pour nos déplacements tous les modes de transports terrestres doux : à pied, en train, en bus, en stop voir à cheval. 

La découverte des espaces naturels et des parcs sera privilégiée à pied tandis que les transferts entre villes, entre pays, entre parcs … utiliserons les transports existants locaux (trains et bus) ou le stop. Une (courte) partie du trajet pourra également s'effectuer à cheval.

Les transferts Moscou (Russie) – Oulan-Bator (Mongolie) aller/retour s'effectueront en train « Transsibérien » 2e  classe.

 

 

L'hébergement

 

Notre objectif est d'adopter un mode de vie itinérant qui nous permette de laisser libre cours à nos envies. Nous avons donc choisi d'emporter une tente pour s'affranchir des contraintes d'un hébergement en auberge de jeunesse ou chambre d'hôte. Ce choix est premièrement financier puisqu'il permet de grosses économies sur les 6 mois de notre voyage ; c'est aussi un choix de liberté puisqu'il nous permettra de sortir des itinéraires balisés ; enfin, il nous poussera à entrer en contact avec les populations si nous souhaitons passer une nuit au chaud.

 

Avant le départ nous contacterons le maximum de personne à travers le « CouchSurfing », réseau de personnes proposant un hébergement à des gens de passage. Cela nous permettra de profiter également des villes, en étant logés chez l'habitant,  même si nous ne pouvons pas poser de tente.

 

 

Au cours de notre voyage…

 

Au cours de notre voyage, notre volonté est de nous introduire au maximum dans la vie quotidienne des gens du pays. Pour ne pas rester uniquement spectateur, nous souhaitons donc au cours de notre périple prendre le temps de rester quelques temps dans les endroits qui nous plairont. Le « wwoofing » nous permettrai d'être nourri et logé contre quelques heures de travail au sein de structures agricoles dans presque tous les pays du monde.

 

Transmission autour du voyage

 

A notre retour, nous aimerions restituer les acquis de notre voyage au travers de portraits d'hommes et de femmes, de paysages et de textes que nous espérons pouvoir faire partager avec le plus grand nombre.

 

La photographie nous semble être le moyen le plus efficace pour faire vivre au gens un petit bout de notre aventure. Nous partirons donc avec un appareil photo numérique résistant aux intempéries, et suffisamment de cartes mémoire pour les mois à venir.

 

A notre retour nous souhaiterions élaborer une exposition sur la double thématique des espaces naturels que nous aurons traversé, et des gens que nous aurons rencontré.

 

Nous avons choisi dans la présentation de cette exposition de nous adresser au public le plus large possible, de l'école primaire aux maisons de retraite.

 

Un accord est d'ores et déjà passé avec Samuel Montenon du Centre Hospitalier de Chambéry, service gérontologie, pour une après-midi de reportage et d'échanges atour de notre périple, auprès des personnes âgées


Préparation du voyage

Secourisme

Nous sommes tous quatre détenteurs de l'AFPS (Attestation de Formation aux Premiers Secours), après une session de formation qu'il nous semble important d'avoir pu réaliser avant de partir pour un tel voyage.

 

Préparation linguistique

Nous sommes tous formés à l'anglais, Marlène le parle quasi-couramment. La maitrise de cette langue peut nous être utile durant tout le voyage pour tous les pays traversés.

Marlène et Samy parlent également Italien, utile essentiellement en Italie et Slovénie.

Cependant, dans certains pays, comme la Russie ou la Mongolie, peu d'habitants parlent anglais (et encore moins français !). C'est pourquoi nous essayons d'apprendre les rudiments de la langue russe (livres en russe, dictionnaire, méthode « assimil »).

Enfin, si la langue ne le permet pas, nous établirons le contact par le biais de quelques jeux et objets personnels, du jeu de dés à la photo de famille en passant par un petit instrument de musique comme une flûte.

 

Géographie et culture

 

Tous complètements ou partiellement géographes de formation, les cartes constituent pour nous des documents familiers et passionnants. Nous avons ainsi fait l'acquisition de plusieurs cartes afin de s'imprégner de la géographie des lieux traversés. Nous nous immergeons également chacun de notre coté depuis quelques mois  dans la culture des pays traversés, à travers des émissions tv, des publications …etc.

  

 

Budget prévisionnel

4000 euros par personne pour 5 mois.

 

 



01/03/2010
6 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres